• Jour #4 : Superposition

    Le Lyon a repris son odeur sauvage de Septembre. Les voitures rugissent sur l’asphalte, le métro vrombit et sourit aux attaché-case et aux cartables d’école qui vont et viennent. Les loups bondissent dans les bureaux et les chatons retournent dans les classes d’école. L’exotisme des vacances est tatoué sur la peau brunie des lyonnais cachée par le retour du costume trois pièces et des jupes trop longues. La jungle urbaine pullulante reprend ses droits et ses habits criards pour la rentrée…

    Lire l'article
  • NUIT #3 : LA TOURNÉE DES PHRASES

    Plus d’un parcours odysséen à travers les sombres tavernes de houblons et les collantes boîtes de nuit m’ont permis de recueillir les paroles littéraires de personnes à moitié saines voire complètement enivrées d’un poison moderne. Après l’apparition de la lune, c’est fascinant de voir la poésie que l’esprit humain est capable d’imaginer, de balbutier et enfin de vomir dans le caniveau. Mes oreilles attentives à la musicalité absurde de ces paroles à demi crachées se délectaient en secret.

    Lire l'article
  • JOUR #3 : Le LABO

    Comme un chasseur de saveurs, je laisse des odeurs corsées attirer mon nez vers un petit nid boisé de l’autre côté du Rhône. Guidé par les nuages (de lait), je m’éloigne de mon quartier en pain d’épice pour vous faire découvrir un nouvel alchimiste complètement caféiné !
    C’est au moment d’entrer dans le LABO qu’une explosion de saveurs retentit dans toutes mes papilles. Derrière les fumets noires apparaît un chaman branché qui doit vraiment avoir un grain…

    Lire l'article
  • NUIT #2 : Le dilemme

    C’est cette heure tardive où tout être ne frappe plus le sol du tempo agaçant de la musique électronique qui nous plaisait tant, quelques minutes auparavant. Même Margaux s’est avachie dans le canapé après neuf heures de danse effrénée, à rouler des mécaniques rouillées. Le soleil s’est levé depuis un moment, mais les stores cachent déjà ses rayons. Une tension est palpable et pourtant tout le monde paraît si calmement effondré dans n’importe quel mobilier…

    Lire l'article
  • JOUR #2 : LE BISTRO FAIT SA BROC’

    Tout le monde aime échapper à la réalité des buildings qui commencent à se dresser haut dans le ciel lyonnais, les attachés-cases et les cravates au vent. Enivré par le dépaysement – si, passer d’un quartier à un autre est un dépaysement – je me promenais à la Croix-Rousse entre le gros Caillou si majestueux et les graffitis loufoques arrimés sur les murs de la capitale du vintage Lyonnais. Ce petit village réserve des surprises…

    Lire l'article

  • NUIT #SONORE : Chronique des Nuits agitées…

    00h37. Ancien marché de gros.
    L’immense logo « NS » projeté sur les hangars prend des airs de Batman à Gotham City. En tout cas les chauves-souris sont au rendez-vous. Une force qui dépasse l’entendement se prépare au milieu de mon ventre et va rebondir sur chaque personne présente autour de moi. Je suis encerclé par des fêtards. Les gourous de la Nuit se mettent en place, ils orchestrent la ferraille et la taule qui résonne partout…

    Lire l'article
  • JOUR #SONORE : Chronique des Jours tapageurs…

    Cette semaine, le Lyon avait un rendez-vous avec la musique électronique et leur rugissement à l’unisson a créé des ondes de chocs sismiques à travers toute la ville ! Une odeur de sucre alcoolisé et de vinyle usé commence a se concentrer dans le quartier de la Confluence. Le Réverbère, réveillé par les basses et secoué par des êtres dansants sur-vitaminés, a enfilé ses plus belles chaussures sales, s’est équipé d’un bracelet magique d’accès…

    Lire l'article
  • NUIT #1 : L’après.

    Au sortir des boîtes noires musicales, l’extase est à son paroxysme. C’est l’heure de fermer les lieux mais surtout pas mes petits yeux. La nuit s’est écoulée doucement quand nous étions à l’intérieur de l’enfer. Nous sommes retourné parmi les vivants. Le jour nous le fait savoir. Il nous cogne de sa lumière brûlante. Comme des vampires au petit matin nous courrons à notre perte. À notre manière à nous. Le soleil est irritant mais ne peut nous transformer en petit tas de poussières ;

    Lire l'article
  • JOUR #1 : Le Chamouraï

    Quand il fait froid et que la solitude nous envahit, on a tous envie d’aller chercher de la chat-leur. J’ai quitté mon pyjama souris et mes pantoufles chien pour aller trouver un peu de réconfort en haut de la colline. J’ai mis mon costume de quelqu’un qui va bien et je suis entré dans le premier café-calme de la rue Pailleron … J’entre dans le sas et un doux fumet de chat-chocolat parvient à mes narines. La maîtresse des lieux est elle aussi en chocolat : douce, corsée et tendre à la fois. C’est un havre de paix.

    Lire l'article
  • L’ÉDITORIAL RÉVERBÈRE

    (n.m) ” Lanterne de verre qui contient une lampe munie d’un ou plusieurs réflecteurs permettant d’éclairer les rues, de jour comme de nuit. ” Aux éclats solaires du matin, Réverbère tamise sa lumière. Il l’emprisonne dans sa lanterne  et la transforme en une toute petite étincelle dans ses yeux. Pour débuter son périple, Réverbère part à la rencontre de micro cosmos citadins et de leurs puissants rayons d’Audace qui viennent secouer les bâtiments en béton armé…Réverbère ratisse tous les restau-ivres, tous les cafés (forts), tous les jardins et les musées-hommes de la ville…

    Lire l'article
  • L’Audace et ses coutures !

    « Ettttttt TOP ! Je suis un concept qui définit la hardiesse qui ne connaît ni obstacle ni limite. Je suis synonyme de « courage ». Dans un sens péjoratif je suis l’attitude de quelqu’un qui méprise les limites imposées par les convenances. Je suis impertinent, insolent…Je suis…je suis…? » Et oui, la définition de l’Audace est claire sur le Larousse, bien moins claire sur le petit Robert et ne parlons pas de la définition de Julien Lepers…Comment trouver son compte parmi ces innombrables manières…

    Lire l'article
  • ST-JEAN : FOULE LE PAVÉ LYONNAIS

    Saint-Jean. Un nom de quartier, un nom de cathédrale, peu importe, ce nom résonnera toujours aux oreilles des lyonnais comme celui d’un quartier à part, aussi authentique qu’il peut être parfois artificiel, mais partie intégrante de la ville quoi qu’il arrive. Le nom de « Vieux Lyon » sonne agréablement aux oreilles des touristes qui ont la fabuleuse idée de venir visiter notre bonne ville : un air médiéval flotte allègrement dans l’air, avec la garantie de trouver moult chanteurs et musiciens de rue (devrais-je dire troubadours ?)

    Lire l'article