Fasola, la marque qui ne piétine pas

Être bien dans ses baskets est indispensable, quand l’esprit suit la cadence, c’est encore mieux ! Aussi facile que Fasola, je vous prouve aujourd’hui qu’il est possible d’aller plus vite que la musique et ce, sans risquer de marcher à côté de ses pompes. Si à l’époque, les amoureux de musique et de mode n’avaient d’autres choix que de porter une chaussure où le pied gauche chante au pied droit ( oui, celle avec la semelle à paillettes ), avec la marque Fasola vous avez le droit de contrer le ridicule et d’allier ces univers en une subtile formule. Financer la musique grâce à la mode, pour rester dans le rythme avec allure.

Intriguée par le concept, notre équipe est partie rencontrer Charles et Grégoire, les frères-créateurs qui font la paire. Passionnés de mode et de musique, très vite, ils admettent n’avoir jamais eu pour vocation de lancer leur propre marque. Et pourtant, décidés à ne pas faire de surplace, c’est à la sortie de leurs écoles de commerce respective – ECE et EM Lyon – que l’envie d’entreprendre les rattrape : « on a d’abord imaginé un projet qui nous permette d’évoluer dans un univers qui nous plaît. » Prêts à prendre des risques sans se lâcher d’une semelle, les deux jeunes entrepreneurs de vingt-cinq et vingt-six ans parviennent à rejoindre les locaux de l’incubateur de l’EM Lyon, en pôle espoir. Une manière intelligente et mesurée d’encadrer leur Audace et de lacer leurs compétences. La fraternité est incontestablement la force de leur projet, et pourtant, Charles et Grégoire l’admettent : « ce n’est pas toujours facile de travailler ensemble, mais en tout cas, ça n’a jamais été difficile. »

Partant du constat que les jeunes musiciens manquaient de soutien, les fondateurs de Fasola ont donné naissance à un nouveau mode d’implication et de consommation. Avec leur marque solidaire et participative, ils vont plus loin que le simple crowdfunding car cette fois, c’est à l’acheteur de reverser son gain au musicien. Accordé aux trois notes – « fa », « sol » et « la » –  vous vous engagez donc à vous présenter comme un maillon de l’élan artistique français. Depuis janvier 2014, après un lancement en grande pompe, la mélodie a bien retenti. Ce n’est donc pas trop vous demandé d’habiller votre pied pour donner un coup de main. Avec un style rétro-chic-décontracté fièrement affiché, tout comme ses prénoms, empruntés aux plus grands artistes : Edith (Piaf), Nina (Simone) ou encore John (Lennon), la chaussure Fasola est une belle universelle ! Ne lui donnez pas son style de musique, vous mettriez immédiatement les pieds dans le plat. Née pour arpenter les ruelles de l’electro, de la pop ou encore du hip hop, elle n’hésitera pas à tourner les talons devant tous ceux qui souhaiteraient l’enfermer dans une boite à chauss…( fasola celle-là ) !

Reconnaissants de la « Love Money » qui leur a permis de se lancer sans s’essouffler, mais également poussés par le vent de l’audace, Grégoire et Charles ont été suffisamment butés pour avoir le courage d’enfoncer des portes bien fermées : « à notre première visite dans une usine d’assemblage de chaussure, personne ne savait qui on était, il était difficile d’être pris au sérieux ! » Réussissant à transformer une passion en un solide projet entrepreneurial, ils vont jusqu’à comparer leur parcours aux étapes d’une grossesse : « on a porté ce projet, préparé sa naissance durant un an, accouché il y a deux mois… À présent, il faut le faire grandir. » Rassurez-vous ! Si ces grands assidus manquent parfois de sommeil, le baby blues est loin. Sur tous les fronts, du marketing à la distribution en passant par la gestion des stocks, Fasola a les bonnes baskets pour courir le sprint du monde professionnel. Ayant à peine pris le temps de savourer la victoire de leur première ligne d’arrivée, ni même de réaliser ce que pouvait représenter leur position dans des boutiques de Lyon, Lille, Montélimar et Angers, Charles et Grégoire ont déjà en tête la prochaine course à disputer : s’implanter à Paris et réussir la prochaine collection ! Vous incitant à entreprendre et à garder en tête une musique dont le refrain est simplement « have fun », ils tiennent à rappeler que l’importance est toujours… de prendre son pied.