La Superposition d’Audace !

A l’heure où les façades ouvrent les yeux, petites fenêtres ébahies qui surveillent les rues, les rencontres d’après minuit posent des bombes et font jaillir des pigments sur les places publiques. Les rideaux de fer se maquillent, les trottoirs s’apprêtent des plus belles pierres incrustées tandis que les escaliers s’emmitouflent de graffitis pour s’en faire des manteaux. Se superposent alors des traces éphémères bigarrées venues décorer le pavé glacial avec un peu plus de chaleur humaine. Superposition c’est une louve née dans le béton. Elle montre le chemin à peindre pour redonner des couleurs à la ville. Elle réunifie une meute d’artistes et de passionnés autour d’un projet commun : (re)valoriser l’espace urbain par la création. Pour désennuyer le quotidien des passants. Immensifier les possibilités artistiques. Redonner de la vie à la ville.

Tout commence par une soirée arrosée de petites bulles échappées de leurs chopes roulant sur le parquet ciré. Les fêtards déambulent d’une pièce à l’autre pour discuter ou danser. Rodolphe, le vent en poupe, glisse sur l’air musical comme un rêveur à travers les parfums mélangés. De l’autre côté du miroir, Orbiane remarque l’infinité de son verre vide et se déplace sans regarder derrière elle. Leurs corps s’entrechoquent et leurs idées toutes aussi Audacieuses que loufoques s’emmêlent dans une danse endiablée. Lorsque Marion emprunte le corridor, elle suit les voix de l’Audace et rejoint nos deux acolytes, attirée par l’énergie qui émane de leur échange. Les caractères se bousculent et se lient d’amitié. Dans le même temps, Hélène se joint à eux dans une spirale infernale de rire et de créativité ! Leur conversation s’intensifie, créant une enveloppe opaque dans laquelle les quatre électrons fusionnent. Cette molécule se nomme Superposition. Des étoiles surgissent de leur communion, illuminant tous les réverbères sur leur passage. Ils arpentent les rues comme des noctambules redécouvrant chaque recoin de la ville, leur nouveau terrain de jeu.

Rodolphe est le poète urbain. En tant qu’artiste proche du milieu du street-art, il s’interroge sur les mutations de ce dernier. Comme un visionnaire, quelques mois avant la rencontre, il construit les lignes fondatrices de la philosophie Superposition : « Dans un climat socio-politique de crise, surchargé de désinformations, de mauvaises nouvelles. La population a tendance à se replier sur soi-même comme un réflexe. Nous voulons considérer cette situation comme une opportunité de faire l’inverse et de s’ouvrir sur le monde qui nous entoure, se positionner au-dessus de la crise ». Superposition s’inscrit dans un temps donné et préfère voir la crise comme une période faite de changements et d’opportunités. L’idée est de prendre une position « super », passer au-dessus, tenir tête à un moment d’instabilité, donner de l’optimisme et donner du plaisir dans chaque instant de ville. Superposer, c’est aussi prendre possession de l’environnement qui nous entoure : « Si tu veux changer le monde, change d’abord ton environnement direct » partage Rodolphe avec une frénésie contagieuse. Ils construisent alors l’association pour répondre à un appel à projet de la DRAC proposant de revaloriser le territoire urbain par l’art de rue. La DRAC refuse le projet, la pierre est jetée à l’eau mais rebondit en ricochets…

Les superposeurs ne baissent pas les armes et font frémir les murs à travers Lyon. Les rôles de chacun se dessinent avec des traits de plus en plus marqués. Orbiane, lyonnaise adoptée, titulaire d’un MBA va naturellement se placer en véritable cheffe de projet. Elle dirige la barque avec une poigne de fer et la précision d’une capitaine. Elle va guider l’équipe à travers les vagues et se charger du développement de l’association. Hélène, diplômée d’un master en Communication digitale s’attèle à porter la voix du projet. Par la création évènementielle, où elle excelle, elle susurre à l’oreille de tous les lyonnais et permet à Superposition d’être bientôt sur toutes les lèvres. Marion, passionnée par le territoire et étudiante en urbanisme met à profits ses connaissances en la matière pour désamorcer le dialogue avec les collectivités tout en faisant le lien entre le projet et les artistes de sa douce oreille. Orbiane et Rodolphe aux caractères bien trempés foisonnent d’idées survoltés alors que Marion et Hélène tempèrent leur fougue enfantine. Leurs personnalités font parfois des étincelles mais leur amitié les transforme toujours en immense feu de joie.

Lorsqu’ils prennent possession d’une galerie, rapidement les rideaux de fer des garages de la rue Longue, hallucinés par l’Audace des quatre acolytes, se prennent au jeu de la superposition. Il se laissent habiller et déshabiller par les artistes, occupés à transformer la rue en véritable musée à ciel ouvert. Chaque mois, l’un d’eux accroche ses œuvres dans la galerie et se confronte au défi de superposer la rue de Longue en large en lui redonnant de nouvelles couleurs. Les portes des garages ouvrent les vannes et déversent une nouvelle vision artistique au public averti comme aux nouveaux initiés. Mais les murs ont aussi des oreilles : à travers les galeries sous-terraines de la ville et de cheminées en cheminées, le message de Superposition sillonne rapidement d’autres quartiers…

Jaloux de leurs frères, les stores métalliques du Bistroquet, dans le 7ème arrondissement font des pieds et des mains pour prendre vie, eux aussi ! Superposition entend les grincements et les pleurs sourds de ces derniers et s’attèlent aussitôt à la création d’un événement. Les artistes en live-painting ravissent à la fois les monstres de ferraille et le public traversé par l’expression créative surgissant sous leurs yeux. L’évènement « #SUPERALOHA » est un succès, mais la gourmandise et l’Audace de Superposition n’a plus de limites : « Une association permet de tester ses limites et surtout pas de s’en fixer » affirme Marion. Toujours plus excitée et démesurée, l’équipe de Superposition va au-delà du « street-art » et se décide à concevoir un festival mettant en scène tous les arts urbains ! La peinture et l’illustration se voient complétées par une programmation musicale Audacieuse, la création lifestyle, la culture culinaire, le sport et le théâtre de rue. Face à toutes ces formes artistiques, chacun est invité sur son territoire à réaffirmer son existence individuelle ! L’Urban Art Jungle Festival dévoile tous les six mois un lieu moins connu du public voir, abandonné. À l’aide des artistes et des acteurs Audacieux en tout genre, le festival redonne un coup d’éclat à ces zones urbaines excentrées et les mettent sur le devant de la scène pour quelques jours ! C’est une équipe d’une dizaine de superposeurs acharnés et d’une cinquantaine de bénévoles survitaminés qui construisent de toutes pièces un festival dédié à l’art urbain digne de ce nom : « Ce qu’on fait chez Superposition, c’est sans cesse construire et déconstruire les règles » analyse Rodolphe. En effet, le dernier évènement Ruelles inscrit dans le parcours EXTRA ! des Nuits Sonores a encore redéfinit les codes de l’art urbain, proposant une exposition pour mettre à l’honneur la gente féminine par des street-artistes. Entre illustration, musique et poésie urbaine, un hommage a été rendu aux grandes dames de l’histoire !

Aujourd’hui, Superposition fonctionne comme un véritable incubateur à multi-facettes. L’équipe accompagne et promeut les artistes pour qu’ils puissent continuer de créer et de se faire connaître aux quatre coins de la France. Le territoire urbain est lui aussi redessiné et revalorisé projets après projets. Chaque talent, qu’il soit artiste, membre de l’équipe, bénévole ou public, prend l’outil dont il a besoin pour s’épanouir, et dépose par la même occasion une part d’eux-mêmes. Se dessine ainsi une toile complexe de possibilités : « Au départ on voulait juste faire de belles choses ! » s’amuse Orbiane en repensant aux premières traces du collectif. La force de cette association est dans l’action permanente. L’Audace c’est de provoquer de multiples petites satisfactions. L’Audace, c’est l’absence de limites préconstruites. L’Audace, c’est de ne jamais renoncer avant la bataille. L’Audace, c’est de superposer les richesses de chacun et de chaque chose pour côtoyer le sublime. L’Audace, c’est la Superposition d’Audace.