L’aventure des Illustratures

Quand vous déambulez dans la rue, vous ne vous en doutez pas mais à chaque angle se cache un oeil attentif. Par simple réflexe vous vous direz sans doute qu’il veut votre photo. Mais ce ne sera pas nécessaire de vous faire tirer le portrait par ces deux graphistes-illustratrices. La force de leur imagination vous propulsera immédiatement sur leur toile. Sachez qu’avant de s’installer pour vous observer, elles se surprenaient à rêver derrière les fenêtres de la même entreprise de communication jusqu’au jour où la fin d’un contrat a sonné le début de leur projet. Comme vous le savez, avec du talent et un brin d’ambition, tout devient simple comme bonjour. Dès lors, d’une solide poignée de mains, leurs doigts se sont noués pour pointer dans la même direction et donner vie au mélange original que sont leurs Illustratures. Illustra quoi ? Les Illustratures, c’est d’abord la belle fusion de la folie de Vanessa – princesse de l’illustration plongée dans un univers aux allures assombries – et de la maîtrise de Sabrina – reine de la couture depuis ses 14 ans. Une combinaison digne d’une véritable mosaïque artistique : la première peint plus vite que son ombre quand la seconde pratique l’Art automatique, l’une devient surprenante quand l’autre ne cesse d’être motivante…

Mais au delà de ce mariage au juste dosage, Les Illustratures c’est aussi et surtout la naissance de deux séries de portraits, « Les Tronches » et « Hybrides » toutes deux intelligemment pensées à travers le prisme de la sociologie et de la psychologie. En effet, si ces deux créatives mélangent un aspect de votre Tronche à celles qu’elles ont croisé, aiguille et pinceau percent la toile à l’instar de votre personnalité : « On veut savoir ce que renvoie leur image, ce qui se passe dans leur tête, reproduire leur identité pour la réinventer ». Ainsi, guidées par les notes d’une musique tantôt classique et tantôt rock, l’identité d’un personnage évolue au point que la figure d’un illustre dentiste prenne soudainement les traits d’un horrible mafieux. Car loin d’être « bouche-cousue » derrière le tissu, chacun d’entre eux ressent le besoin de s’exprimer. Seulement quand le personnage se délivre, l’illustration commence à vivre.

Certes, prenant le parti de l’inconditionnel débat sur le Beau et le Juste on pourrait être amené à penser qu’absence de symétrie et violence esthétique n’ont rien d’artistique. Néanmoins, ce que veulent ces deux artistes, c’est avant tout que la toile transpire une Vérité. En processus de création, « les accidents font partie intégrante de l’histoire »… Après tout, si un pot d’encre tombe sur la toile ou si la couture glisse trop loin, n’est-ce pas le reflet d’une de nos cicatrices ou de cette ride apparente ? Cessons de camoufler les marques de notre visage par de vilains artifices, la peinture réveillera notre personnalité tandis que les fils raccommoderont notre vécu.

Si la série des « Tronches », définie comme de pures illustrations sont plus accessibles, avec « Hybrides » Vanessa et Sabrina – toujours installées dans un processus de recherche – ont voulu aller plus loin que le bout de votre nez en mêlant davantage technique et ressenti. Pour cette dernière série, vidées au maximum de toutes contraintes mais nourries d’une obsession créative, ces dernières confient n’avoir pas réussi à fermer l’oeil de la nuit : « C’était un Brouhaha constant, une obsession inconsciente, terriblement prenante ». Face à certaines difficultés géographiques puisqu’elles sont désormais séparées entre Paris et Lyon, elles n’en perdent pas moins leur ambition et continuent de s’échanger les toiles pour donner vie à tour de rôles à de nouvelles figures. Mais quand l’une est incapable de reprendre le fil de la création – oui les « Tronches » font parfois grise mine – c’est avec humour que pinceau et machine à coudre repartent au coude à coude. Jusqu’à envisager de nouveaux supports comme la 3D pour leur troisième série, encore plus absurde et décalée.

Si le condensé d’identités qu’elles proposent est encore plus surprenant au toucher, je vous promets que vous serez également touchés par leur personnalité. À défaut de dévoiler leur visage, nous vous invitons à être curieux… Qui sait… ? Leurs « Tronches » trôneront peut être bientôt au milieu de votre salon ! Après tout, s’il faut continuer à croire en cette possible consécration, c’est parce qu’elles vous invitent toujours à élargir le champ des possibles chaque fois que de vilaines figures vous feront la « Tronche ».