JOUR #1 : Le Chamouraï

Quand il fait froid et que la solitude nous envahit, on a tous envie d’aller chercher de la chat-leur. J’ai quitté mon pyjama souris et mes pantoufles chien pour aller trouver un peu de réconfort en haut de la colline. J’ai mis mon costume de quelqu’un qui va bien et je suis entré dans le premier café-calme de la rue Pailleron.
J’entre dans le sas et un doux fumet de chat-chocolat parvient à mes narines. La maîtresse des lieux est elle aussi en chocolat : douce, corsée et tendre à la fois. C’est un havre de paix. Un thé japonais plus tard, ma fascination croît en voyant ces six chats se balader à leur guise tels des pachas. Je réalise alors que je suis leur invité quand Namba, la petite siamoise, vient manger de la chantilly dans le café d’une dame. Chewie, le plus gros me le fait comprendre puisqu’il nous escalade – mon carnet et moi – à l’instant même où je vous écris ces mots.

Je rapetisse immédiatement et retrouve le regard d’un enfant qui pourrait des heures durant, observer ces petites moustaches coquines. Avec un peu de chance, s’ils sont de bonne humeur, vous aurez même droit à un petit spectacle : combat de pattes, catch à chat, chat-eau de sables, etc…
Je me surprends à ronronner de plaisir et commenche à lire les revues d’informachions sur – et pour – les chats. Il y a « Le Nouvel Obch » qui parle des attentats dans les litières. « Viche » qui montre le démantèlement des trafics de croquette. Et bien sûr Trachalgar met l’accent sur l’Audace des chats avec le Chamouraï. Un café tenu par des chats (même la patronne s’est transformée) tant elle est attachante ! Je rentre avec un feng shui rechargé d’ondes positives et les moustaches frémissantes de plaisir.

Merchi les chats !