L’Audace à fleur de peau

Maxime, audacieux marqué au fer stérilisé m’a conté son histoire d’encres et d’aiguilles : le journal INKomplet d’un corps.
 Maxime a 18 ans quand il réalise son premier tatouage. Il comprend déjà que la mémoire c’est marquer l’esprit mais aussi le corps. Il décide de se faire tatouer le même dessin que son père -décédé – pour encrer son corps du souvenir. Il écrit le premier chapitre. 

Maxime grandit, il a besoin d’aventures pour raconter ses histoires…C’est alors qu’il comprend qu’il doit partir de sa ville à la rencontre d’une plus grande : Lyon. Ah quelle ville pleine de surprises, d’Audacieux, d’artistes, de phénomènes et bien sûr de tatoueurs ! Il agrandit sa collection d’encres-sur-peau car, pour lui, se faire tatouer c’est comme écrire. Il imprime le souvenir, le présent, les obstacles à venir, et grave l’histoire de sa vie à travers son corps. C’est grâce à ses tatouages qu’il devient plus fort, il assume sa différence et affirme ses choix sans se soucier du regard des autres (ne serait-ce pas une définition de l’Audace ?). Il écrit le deuxième chapitre. 


Depuis 2 ans, Maxime est modèle grâce à son corps devenu une peinture vivante. Il est tatoué par plus de 28 artistes ce qui représente au moins…beaucoup de piqûres ! Il commence à rencontrer des photographes lyonnais voulant travailler avec lui. Puis c’est la scène parisienne qui lui offre la possibilité de signer un contrat avec plusieurs agences de modélisme. Il pose pour différents magazines et travaille avec plusieurs photographes parisiens. Dent pour dent, Audace pour Audace, Maxime est repéré par un magazine américain de mode urbaine (727 Mag) qui lui propose de faire la Une ! Il continue sa tournée de l’Audace à travers le monde du tatouage en posant pour Vanity Hype à Londres et à Paris ! Il écrit le troisième chapitre.

Maxime est un Audacieux jusqu’au bout des encres, il va jusqu’à passer un séjour à Liverpool pour rencontrer un grand tatoueur et imprimer le portrait de Freddy Krueger sur la jambe ! Il voyage beaucoup pour s’inspirer et découvrir la tradition du tatouage dans différents pays : le Cambodge, la Thaïlande et même le Canada.  Maxime imagine son corps comme une toile qui accueille les artistes du monde entier. Il écrit le quatrième chapitre.

Mais Maxime est un Audacieux pour le plaisir, il aime la photographie pour l’art de poser. Il aime voir les clichés, découvrir le point de vue du photographe et son univers qui mettra en valeur son corps. « Le plus important pour moi c’est de voir les clichés et de me dire : c’est moi ça ? Quel résultat ! ».
 Pour lui, l’Audace c’est courir vers quelque chose qui peut paraître impossible, transformer la part de rêve en quelque chose de réalisable. C’est se faire plaisir. C’est dépasser les limites de l’inconcevable et transformer le regard des autres.

Si vous voulez en savoir plus sur ses tatouages, connaître la suite de son histoire et découvrir cette toile humaine qui ne cesse d’être complétée, ouvrez l’oeil, il se faufile dans les rues de l’Audace…