L’ÉDITORIAL RÉVERBÈRE

(n.m) «Lanterne de verre qui contient une lampe munie d’un ou plusieurs réflecteurs permettant d’ éclairer les rues, de jour comme de nuit.»

Aux éclats solaires du matin, Réverbère tamise sa lumière. Il l’emprisonne dans sa lanterne et la transforme en une toute petite étincelle dans ses yeux. Pour débuter son périple, Réverbère part à la rencontre de micro cosmos citadins et de leurs puissants rayons d’Audace qui viennent secouer les bâtiments en béton armé. Réverbère ratisse tous les restau-ivres, tous les cafés (forts), tous les jardins et les musées-hommes de la ville dans l’espoir de dénicher ces lieux magiques, cachés aux neufs coins de la cité lyonnaise, et qui lui redonneront, à travers différents instants, son intense lumière, capturée dans les boîtes d’Audacieux poètes à images !

Puis, à la nuit tombée, Réverbère révèle sa personnalité. Secrète (robe en) plume, brodée de lumière scintillante, est la plus poétique pour se montrer dans les milieux nocturnes et capturer les mystérieux halos des Audacieux. Réverbère vogue le long des clubs, près du bruit des trottoirs, dans les bars et même dans les appartements des fêtards ! Il passe de l’ombre à la lumière, des paillettes aux confettis, découvre des angles hallucinés et des recoins sombres de son esprit. Il remet ses envies et ses idées en ordre, marque quelques pas de danse, écoute et ne cesse jamais de rester attentif aux fascinantes conversations qui l’entourent. Allez, il est temps de rentrer ! Les lumières peuvent se taire à nouveau, se cacher dans la lanterne du Réverbère pour le laisser commencer une nouvelle journée.

Réverbère est le phare des lumières enracinées dans la ville, de celles qui la font vivre le jour et vibrer la nuit. Chaque mois, retrouvez le journal (intime) du Réverbère, de l’aube au crépuscule.